Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums



 

Des pierres tombées du ciel

Extraits de l’ouvrage "Les météorites" (Muséum d’Histoire Naturelle ; Bordas)


Cet épisode de l’histoire des sciences ne prouve rien, et certainement pas l’existence d’extra-terrestres ou d’anges. En revanche, il permet d’illustrer « l’aveuglement » dont les sciences peuvent faire preuve à l’occasion de faits qui échappent à ses investigations. Les OVNI, les NDE, les phénomènes « paranormaux » n’auront peut-être pas la même issue que les météorites. Pour le savoir, il est nécessaire de faire preuve d’ouverture d’esprit et d’étudier sérieusement les T.R.E.I..

Depuis des temps immémoriaux, on a attribué une origine céleste aux étranges masses de fer trouvées sur le sol et on les a vénérées. En 1576, des natifs de l’actuelle Argentine en montrèrent à des soldats espagnols, et, en 1772, des habitants de Sibérie à l’explorateur Pallas : pour tous, ces masses étaient tombées du ciel. Quoiqu’ils n’aient pu convaincre leurs auditeurs, ces hommes sans instruction avaient une meilleure intuition que les explorateurs de l’origine de ces fers.

.../

Jusqu’à la Renaissance, nul ne doutait que des pierres puissent tomber du ciel. Dans une publication datant de 1563, un naturaliste suisse, Conrad Gesner, considère comme des "pierres tombées" ce que nous savons être, aujourd’hui, des fossiles, des concrétions minérales ou des haches préhistoriques. Mais au début du XVIIIe siècle, lorsque l’origine réelle de ces objets eut été établie, toutes les histoires de pierres ou de masses de fer tombées furent traitées par les savants comme de vulgaires superstitions.

.../

La première pierre analysée par des méthodes chimiques modernes fut celle qui tomba devant un groupe de moissonneurs, à Lucé, le 13 septembre 1768. Envoyée à l’Institut de France par l’abbé Bachelay, la pierre fut confiée à trois chimistes (...) qui, à l’analyse, ne lui trouvèrent rien d’extraordinaire : "Nous croyons donc pouvoir conclure (...) que la pierre présumée par M. Bachelay ne doit pas son origine au tonnerre : qu’elle n’est pas tombée du ciel (...) que cette pierre n’est autre chose qu’une espèce de grès pyriteux (...) qui peut-être était couverte d’une petite couche de terre ou gazon, aura été frappée par la foudre, et la chaleur aura été assez grande pour fondre la superficie de la partie frappée : mais qu’elle n’aura pas été assez longtemps continuée pour pouvoir pénétrer dans l’intérieur."

.../

En 1790, l’abbé Andreas Stütz, du Cabinet d’histoire naturelle de Vienne (Autriche), étudia deux des pierres de la collection. La chute de la première (une masse de fer d’une trentaine de kilos) avait été vue, en Croatie, à Agram, un soir de l’année 1751 par sept témoins qui décrivirent une grosse boule de feu dans le ciel se scindant en deux dans une énorme explosion. La seconde chute présumée était celle d’une petite pierre noire tombée, après une forte explosion, en février 1785 près d’Eichstädt, en Bavière.

La sincérité avec laquelle ces événements avaient été décrits et la similitude des témoignages firent penser à l’abbé Stütz qu’il existait probablement une réalité inconnue liée à ces phénomènes. Mais il ne s’agissait pas, selon lui, de chutes d’objets venus du ciel. Se fondant sur des écrits récents sur l’électricité et le tonnerre, il supposa que des éclairs, en frappant des roches ordinaires, auraient provoqué une formation de métal. Les chutes, elles, n’étaient qu’une illusion (...)

.../

Le physicien allemand Ernst Florens Friedrich Chladni publia en avril 1794 un petit livre défendant l’idée que des pierres et des masses de fer tombaient effectivement du ciel. Pour lui, la similarité des témoignages de place en place et de siècle en siècle attestait l’explosion de bolides et la chute de fragments. Non seulement des masse de pierre ou de fer tombaient du ciel, mais elles provenaient de l’espace et engendraient les bolides observés en raison de la chaleur dégagée par friction avec l’atmosphère terrestre. Ces trois hypothèses violaient toutes des dogmes scientifiques parmi les mieux établis à l’époque. Isaac Newton lui-même n’avait-il pas déclaré qu’il ne pouvait exister de petits corps dans l’espace au-delà de la Lune ? Il n’existait donc pas de sources d’où puissent provenir ces masses, sauf si celles-ci se formaient dans la haute atmosphère par coagulation de poussières sous l’effet d’éclairs ou de jets de gaz enflammés. Les lecteurs allemands de Chladni rejetèrent donc ses idées, et près de deux ans s’écoulèrent avant que son livre soit diffusé ailleurs en Europe. Il fallut une dizaine d’années pour que soit acceptée l’idée des chutes, et bien plus encore pour que ses autres hypothèses s’imposent.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 

Scepticisme et non-psi

Parapsychologie

      Introduction
      Articles
      Travaux
      Pour aller plus loin...

Paranormal spontané

      Articles
      Témoignages
      Témoigner

OVNI

      Articles
      Témoignages
      Témoigner
      Pour aller plus loin...

NDE / EMI

      Articles
      Travaux
      Témoignages
      Témoigner

Réflexions autour du paranormal

Bibliographie

Paranormal-info.com


Rechercher sur le site :


      Contact
      Forums

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Service de consultation

En cas de difficultés, ou d'interrogations, concernant des expériences paranormales que vous auriez pu vivre, nous vous conseillons de contacter le Centre d'Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles :

circee

 
Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums




Copyright © paranormal-info.com 2004-2005

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.
Design © Drop Zone City