Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums



 

L’irruption de mondes intermédiaires ? Le cas des Ovnis

par EJD, philosophe


Jung a mis en lumière quelques phénomènes troublants, où l’individu ressent que "la réalité" extérieure coïncide avec ses processus psychiques les plus profonds. Nous voulons parler ici des coïncidences significatives, ces synchronicités qui l’ont passionné. Peuvent-elles nous permettrent de développer une théorie explicative des ovnis, à la frontière entre faits psycho-sociologiques et objectifs ?

Qu’est-ce que désigne Jung sous le nom de "synchronicités" ? Quelques cas classiques sont répertoriés dans son ouvrage commun avec le célèbre physicien W. Pauli . Rappelons un exemple paradigmatique : à un moment crucial d’une analyse, une patiente raconte à Jung un rêve avec un scarabée d’or. Quelques instants après, un bruit à la vitre... Il s’agit d’un gros scarabée ! Cet insecte est plutôt rare à cette période de l’année, et son apparition non seulement constitue une "coincidence" étrange, mais elle joue un rôle important, et constituera un tournant dans la cure. L’intérêt d’une synchronicité est de porter un sens, d’aider l’individu à s’apaiser et à se relier au Cosmos.

(JPEG)
Le psychologue C.G. Jung et le physcien et prix Nobel W. Pauli.

Or la possibilité de synchronicité nous interroge sur la nature ultime du réel. Différents chercheurs ont remis en question toute la vision habituelle de la réalité en suivant ce fil . Une constellation psychique fortement investie peut faire irruption dans la vie, arrangeant les événements selon son propre symbolisme ! N’est-ce pas une preuve que "l’esprit", à son niveau le plus profond, génère ce que nous nommons "monde matériel" ? Ou plutôt, que ces deux réalités scindées émergent simultanément d’un niveau invisible ?

A la fin des années 1950, Jung, mondialement reconnu, prend le risque de mettre en jeu sa réputation en s’intéressant à un phénomène douteux : les OVNI. Il ira jusqu’à écrire un ouvrage entièrement consacré à la question ! Bien sûr, il ne s’intéressera pas aux OVNI en tant que signes réels d’une présence extraterrestre ; il les considérera plutôt comme un indice d’activité psychique donnant lieu à des manifestations physiques. C’est là tout l’intêret de son approche dans le débat qui nous préoccupe. Les OVNI peuvent-ils constituer une preuve d’un étrange passage entre "psychique" et "matériel" ?

Cette section demande un préalable : considérer que parmi les milliers d’apparitions OVNI, quelques-unes correspondent à un phénomène irréductible à la fraude, l’hallucination personnelle ou l’illusion d’optique .

Selon l’ésotérisme, il existerait des plans intermédiaires entre la pensée pure et la condensation matérielle, qui participeraient à la fois de la fluidité de l’esprit et de la densité de la matière. Mais ces mondes semblent juxtaposés à notre monde physique. Les "balades astrales" n’ont guère d’incidences sur la vie physique, ni les rêves sur la veille ! Et ceci ne nous éclaire pas sur l’articulation entre ces supposés "plans".

Pourtant, un certain nombre de faits semblent indiquer un passage progressif entre les "pensées" et la "matière". Le phénomène OVNI pourrait constituer un cas d’irruption de "mondes intermédiaires". Cette hypothèse choquera les fanatiques des extraterrestres, pour lesquels il existe de "véritables" peuples de l’espace, réels de la même façon que nous. Nous allons mécontenter la plupart des lecteurs, tant ceux pour lesquels les OVNI n’existent pas que ceux qui veulent y croire !

Le cas des OVNI

Désormais, c’est par dizaines de milliers que des gens ont vu des "lumières dans la nuit" et même des visiteurs spatiaux ! Les élites ont intérêt à se préoccuper de ces cas, ne serait-ce qu’en tant que phénomène psychosociologique révélateur. D’autant plus que les cultes ufologiques se développent, avec leur lot d’arrières-plans politiques inquiétantes : les "contactés" s’investissent d’une Mission, veulent éclairer l’humanité au nom d’êtres soi-disant "supérieurs", sans oublier certaines connotations raciales, les "extraterrestres" de type aryens par exemple ! Considérons d’abord "l’ancien" phénomène OVNI, quand ceux-ci ressemblaient encore à des engins spatiaux, cigares, tasses, soucoupes, une quincaillerie volante avec ses occupants griffus, poilus, ou "aryens" ! Ce folklore donnait un petit supplément d’âme à nos braves matérialistes, qui pouvaient se consoler en espérant rencontrer un jour non pas Jésus mais les "grands frères" de l’espace. D’où ces chasseurs d’OVNI qui passent leurs nuits sur telle ou telle colline du sud de la France, à attendre un contact, une lueur... Ces associations de terrain ont eu le mérite de rassembler foultitude de rapports, et l’existence d’un phénomène spatial non-identifié n’est plus guère contestable - du moins par ceux qui l’ont étudié, bien sûr ! Maintenant, comment l’interpréter ?

La théorie qui explique les témoignages par de simples "hallucinations" individuelles ne correspond pas aux faits : suffisamment d’enquêtes de gendarmerie révèlent des observations indépendantes autour des mêmes vagues d’apparitions OVNI, en France, en Belgique, en Amérique latine etc. Quant aux illusions d’optiques, elles ne rendent pas compte des traces sur le sol, échos radars et autres traces tangibles. Même des intellectuels reconnus, et éloignés de tout intérêt pour une vie extraterrestre, ont reconnu l’existence d’un aspect matériel aux OVNI. Dès la fin des années 1950, C.G. Jung, en se fondant sur des documents fiables et reconnus, écrivait : "(...) il semble exister des cas attestés où l’observation visuelle a été confirmée par un écho simultané au radar."

Alors, des visiteurs de l’espace ? L’hypothèse des "vaisseaux spatiaux" n’est pas logique : comment franchiraient-ils les galaxies ? En 1969, Jacques Vallée avait pu réfuter l’hypothèse d’extraterrestres "physiques" par un simple calcul statistique. Les "atterrissages" et autres manifestations du phénomène sont trop nombreux pour correspondre à un schéma d’exploration spatiale par une civilisation "avancée".

Cela nous amène à un autre type d’enquêtes, moins diffusées dans le milieu ufologique, mais qui existent depuis longtemps déjà : les "rencontres rapprochées". Dans ces cas-là, l’observation OVNI est associée avec des séquences bien plus étranges, dialogues avec les "occupants" des engins, voire contacts très rapprochés... J. Vallée est l’un des grands pionniers qui a publié nombre de témoignages sur de tels cas. Ce spécialiste en informatique a travaillé, notamment pour l’ONU, sur ce dossier. Nous allons communiquer ses résultats pour le moins déroutants, que l’on trouvera principalement dans Autres dimensions.

En fait, les "extraterrestres" agissent bien souvent, aux détails près, comme les elfes et les lutins décrits au Moyen-Age : ils enlèvent des humains pour leur enfoncer de longues aiguilles dans le ventre, cherchent à avoir des relations sexuelles, veulent capturer des animaux (sans toujours réussir !), posent des questions incohérentes. On pourra rétorquer que les lutins étaient des extraterrestres. Difficile d’accorder ce que l’on sait du Petit Peuple avec l’idée d’une Civilisation de l’Espace ! Par exemple, les "lutins" passaient souvent des pactes de bon voisinage avec les paysans, notamment en pays celtes, certains pâturages étant dévolus aux lutins. Sans oublier leur aspect et leurs objets plutôt rustiques que scientifiques...

D’ailleurs, dans beaucoup de dialogues entre humains et "extraterrestres", les réflexions de ces "êtres" censés connaître une haute technologie sont antiscientifiques ; dans d’autres cas, certains "aliens" ressemblent à des mécanos bien ordinaires, avec leurs casquettes et leurs regards prolo, en train de réparer une auto en bord de route, sauf qu’il s’agirait d’un vaisseau cosmique ! Sans oublier que les "véhicules" extraterrestres changent de forme suivant les croyances de l’humanité : dans les années 1950, on voyait des soucoupes, puis la mode fut aux cigares, et enfin aux triangles. Mais attention : à la fin du XIXème siècle, aux USA, on vit voler dans les airs un grand vaisseau en forme de bateau à aube, avec son ancre ! Et les témoignages relatés par la presse de l’époque abondent, aussi fiables que ceux d’aujourd’hui.

Jacques Vallée cite à ce sujet des articles du Chicago Chronicle (13.04.1897), Houston Daily Post (28.04.1897), des rapports de police... Dans le Houston Post, un témoin nommé John M. Barclay raconte qu’il voit une nuit dans sa prairie un objet de forme oblongue, avec des lumières plus fortes que les lumières électriques, parfaitement immobile à 5 mètres du sol. Il se dirige vers l’objet mais se trouve face à un inconnu : "Qui êtes-vous ?" demande-t-il. "Qu’importe mon nom, appelez-moi monsieur Smith. Apportez-moi de l’huile lubrifiante et deux tranches à froid, ainsi qu’un peu de sulfate de cuivre." Et "Mr. Smith" l’extraterrestre de donner un billet de dix dollars au serviable terrien. Pour l’instant, on en est à un épisode assez banal de rencontre du troisième type. Mais à la fin de cet échange, quand le témoin demande à son visiteur "d’où venez-vous ?", l’autre de répondre : "De nulle part, mais nous serons en Grèce après-demain."

D’autres bizarreries sont fréquentes dans les témoignages : "Juin 1962, Vérone, Italie : A la suite d’une observation d’OVNI, une femme (...) vit près de la maison un être chauve. Elle appela d’autres témoins et tous virent l’apparition "rapetisser" et disparaître sur place "comme une image de télévision lorsqu’on éteint l’appareil"."

Ce genre de récits nous évoquent à nouveau l’idée d’illusion et d’illusionniste. On pourrait penser que les OVNI sont un phénomène orchestré par tel ou tel organisation. Mais étant donné le nombre de témoignages, les moyens déployés devraient être énormes ! Dans quel intérêt ? Vu les retombées du phénomène, on ne voit pas vraiment ce que cela rapporterait à la C.I.A. ou à d’autres organismes humains. On en reviendrait alors à l’idée d’une fraude... extraterrestre !

Face à tant d’incohérences, certains chercheurs ont adopté un point de vue purement psychosociologique. Ils considèrent le phénomène OVNI dans son ensemble comme l’émergence d’une mythologie moderne, fondée sur des besoins collectifs, des peurs ancestrales et des rumeurs.

Pourtant, redisons-le, nier toute matérialité est difficile ; rappelons les témoignages de pilotes tout à fait compétents, qui savent distinguer un nuage et un "objet" dans le ciel ; les traces sur le sol, les effets biologiques sur certains témoins (ophtalmies, hypersomnies, brûlures, dermatoses récurrentes incompréhensibles ou, à l’inverse, guérisons instantanées), les documents photographiques ou vidéo (en général assez flous), voire les traumatismes dus à l’irruption dans notre monde de ces fameux "objets". Le défi est justement d’accepter le double aspect des OVNI. Mais l’interprétation du phénomène reste incertaine.

Inutile de remarquer que tous les faits gênants pour l’hypothèse des "visiteurs spatiaux" sont soigneusement oubliés par la presse ufologique. On sera édifié par la description de ce milieu que nous donne Vallée dans Confrontations. Les ufologues tiennent souvent à leur croyance, et sont prompts à dénoncer les dissimulations opérées par la NASA ou le FBI sans chercher sincèrement tous les faits dérangeants pour eux. On en reste au même débat stérile depuis 30 ou 40 ans à propos des OVNI et des extraterrestres, alors que l’intéressant serait de proposer d’autres modèles d’univers.

Si on réussit à se débarrasser de l’hypothèse des visiteurs de l’espace, les apparitions OVNI deviennent le symptôme d’une autre dimension. Il s’agirait d’un phénomène entre rêve et réalité, où l’on pourrait observer in vivo la transformation des pensées collectives en faits "physiques" ou semi-physiques. Ainsi, Bertrand Meheust rapporte que l’on trouve dans la littérature fantastique des récits qui correspondent parfois mots pour mots à ce qui sera vécu concrètement, mais quelques décennies plus tard, par les "contactés" et les "enlevés". On pourrait répondre qu’il s’agit de visions du futur. Ce serait remplacer un problème par une solution encore pire ! La "vision du futur" semble moins pensable qu’un passage progressif entre ce qui est en gestation dans l’inconscient collectif et le monde physique. De plus, la vision du futur n’explique pas la manifestation d’OVNI en forme de bateau à aube ! On ne prétendra guère que sa technologie avait une utilité scientifique évidente.

Les extraterrestres et leurs facéties (parfois macabres) révèlent le passage, parfois instantané, entre notre monde et l’outre-monde : les OVNI peuvent laisser des traces physiques, telles que brûlures de témoins, perturbations électromagnétiques, signaux radars, et pourtant s’évaporer d’un coup. Ils obéissent et n’obéissent pas à nos lois matérielles : "Il est même très difficile - pour ne pas dire impossible - de se faire une idée de ces objets, car ils ne se comportent pas en corps matériels : ils échappent à la pesanteur, comme le feraient des pensées" . De son côté, Vallée parle de la "superphysique" des OVNI .

Existent-ils ? Sans doute, comme la matérialisation progressive de certaines forces. Mais ces êtres ont-ils une conscience et poursuivent-ils certains buts ? Ni plus ni moins que les fées, les démons et les entités immatérielles. Ce qui ne résout pas la question, bien sûr. Ce thème plutôt folklorique en France revêt depuis peu un tour inquiétant aux USA, avec les "abductions" ("enlèvements") perpétrés par milliers, et qui plongent de paisibles ménagères dans des scénarios de science-fiction aussi terrifiants que X-Files .

Alors, s’agit-il véritablement d’enlèvements par de petits hommes verts qui seraient des créatures matérielles ? Cette hypothèse semble invalidée par de nombreux faits. Entre autres cas, des "enlevés" racontent l’histoire suivante. Ils se trouvent face à un OVNI qui, vu de l’extérieur, est aussi grand qu’un semi-remorque, et, à l’intérieur, a le volume d’une cathédrale ! Sans oublier que certaines victimes se prétendent "enlevées" pendant leur sommeil, à côté de leur conjoint, et passent à travers les murs "portés par un rayonnement" ! Tout cela n’a plus grand chose à voir avec un processus physique.

Nous ne pouvons développer cette question dans toute son ampleur ici, mais finissons sur un point essentiel. L’aspect déconcertant du phénomène est qu’il mêle horreur et communion mystique : les "enlevés" passent par des tortures étranges, pseudo-examens médicaux, mises d’implants, rapports sexuels avec des aliens, visions apocalyptiques du futur, puis ils accèdent à une compréhension supérieure ou même à des moments d’extase mystique ! C’est par ses conséquences psychologiques importantes que les "enlèvements" ont attiré l’attention de Kenneth Ring, déjà cité. Celui-ci a écrit un ouvrage comparant les effets de l’ "abduction" avec ceux de la NDE . La "superphysique" et le comportement de cette nouvelle vague d’extraterrestres va dans le sens des écrits de Vallée. Le phénomène OVNI, nouvelle et ancienne manière, confirme de plus en plus l’hypothèse de l’intermonde.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 

Scepticisme et non-psi

Parapsychologie

      Introduction
      Articles
      Travaux
      Pour aller plus loin...

Paranormal spontané

      Articles
      Témoignages
      Témoigner

OVNI

      Articles
      Témoignages
      Témoigner
      Pour aller plus loin...

NDE / EMI

      Articles
      Travaux
      Témoignages
      Témoigner

Réflexions autour du paranormal

Bibliographie

Paranormal-info.com


Rechercher sur le site :


      Contact
      Forums

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Service de consultation

En cas de difficultés, ou d'interrogations, concernant des expériences paranormales que vous auriez pu vivre, nous vous conseillons de contacter le Centre d'Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles :

circee

 
Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums




Copyright © paranormal-info.com 2004-2005

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.
Design © Drop Zone City


Parse error: syntax error, unexpected $end in /home/paranorm/www/bbclone/var/access.php on line 810