Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums



 

Le temps de la réflexion

Par Eric Raulet


« Fermer la porte, non à l’irrationnel, car nul ne peut méconnaître que l’esprit humain comporte une belle dose d’irrationalité, mais aux prétentions scientifiques des irrationnels (...) Il nous semble surtout que les mystères que l’on agite devant le public, comme les draps de lit qu’Eusapia Paladino agitait dans la pénombre aux dépens de Camille Flammarion, au cours des séances de spiritisme qu’elle organisait, sont de bien pauvres mystères comparés à ceux que la science s’efforce de déchiffrer : qu’est-ce qu’un trou noir ? Comment les cellules indifférenciées de l’embryon se différencient-elles en organes et en tissus spécifiques ? Quel est le signal chimique qui fait que l’oeuf fécondé se scinde en deux cellules identiques ? (...) Voilà des mystères autrement plus passionnants que la faculté d’un quidam de faire avancer par télékinèse de cinq minutes la grande aiguille d’une pendule... en cinq minutes ! »(1).

Cette opinion reflète un sentiment général en France à l’égard des T.R.E.I.(Témoignage relatant des Expériences Inexpliquées).Paradoxalement, cette pensée rationaliste trouve un écho favorable dans le monde religieux :

« C’est un devoir pour le chrétien de refuser de croire à un « merveilleux » qui relève la plupart du temps, soit de la supercherie, soit de la psychopathologie. La foi est d’un autre ordre. C’est la rencontre de la grâce et de notre bonne volonté (...) Croire au Dieu, c’est ne pas se laisser égarer dans de mauvaises aventures où nous conduit l’imagination (...) C’est dans l’amour de Dieu et dans l’amour des hommes, ces deux amours interdépendants l’un de l’autre, que réside le surnaturel et non dans ce merveilleux que nous allons remettre en question. »(2) .

Les T.R.E.I. sont irrémédiablement condamnés au tribunal de la raison. On les accuse de toutes les illusions et, plus grave encore, d’illusionner. Seules circonstances atténuantes pour les témoins : le fait d’avoir été dupés par leurs sens pendant quelques instants. Inutile de compter sur une écoute approfondie. « Pas de raison aux ennemis de la raison » semble être le credo des « vilipandeurs » du « paranormal ».

Le problème, c’est que ces « baudruches » (si aimablement associées aux T.R.E.I. par certains) sont loin d’être vides. Et ce qu’elles renferment désorientent les experts qui ont pris la peine d’y plonger leur attention. Il serait vain ici de recenser toutes les personnalités prestigieuses du monde des sciences qui se sont intéressées aux T.R.E.I. . Un exemple (et quel exemple) : l’Institut Métapsychique International à Paris (dont ONDES a l’honneur de compter son ancien Directeur parmi ses parrains), association reconnue d’utilité publique, a recueilli durant plusieurs décennies les travaux remarquables de nombreux chercheurs en la matière.

La tendance est nette. De plus en plus d’experts nuancent les condamnations portées aux recherches sur les T.R.E.I., sans doute choqués par le radicalisme de leurs auteurs. Deux illustrations parmi d’autres :

Isabelle Stengers, philosophe et historienne des sciences, chargée de cours à l’Université Libre de Bruxelles : « C’est grâce à (la SOBEPS : Société Belge d’Etude des Phénomènes Spatiaux) que des gens comme moi, qui n’ai jamais vu d’OVNI et ne me sens autorisée à aucune opinion particulière à leur égard, peuvent désormais être menés à prendre position (...) Ce phénomène inexpliqué, mais désormais aussi bien avéré que possible, stabilisé face à toutes les explications qui voudraient l’éliminer, qu’allons-nous en faire ? Quel sens va-t-il prendre dans notre histoire ? »(3) .

Père Patrick Verspieren, théologien : « Je pense comme vous que les NDE méritent d’être prises au sérieux, et que ceux qui les ont vécues méritent d’être écoutés attentivement. Une lecture religieuse de tels phénomènes serait souhaitable, j’en conviens pleinement avec vous (...) »

Il ne faudrait pas que les sciences et les Eglises traditionnelles, sous prétexte de ne pas être suffisamment armées pour accueillir les T.R.E.I., évacuent le problème en adoptant une attitude de rejet systématique. C’est pourtant bien ce qui se produit actuellement, générant des drames dénoncés par Elisabeth et Catherine.

A cet état de fait, certains n’hésitent plus à réagir. Il ne s’agit pas de prouver quoi que ce soit, mais plutôt d’adopter un nouvel état d’esprit, chacun dans leur domaine :

André Cuvelier, neuropsychiatre : « Les sciences humaines ne peuvent se confondre avec les sciences expérimentales. Elles doivent se penser à partir de ce qui les singularise. Grâce aux recherches des psychiatres et des psychologues, nous pourrions peut- être rationaliser et expliquer le continent obscur des manifestations refoulées dans un ailleurs de la science. Peut-être pouvons-nous produire un modèle expérimental, producteur d’intelligibilité. Pourquoi des faits comme les états de conscience modifiée qui sont indéniables, pourquoi ces faits ne conduiraient-ils pas la science à mieux se comprendre elle-même ?

La science ne se développe pas de manière linéaire en accumulant de plus en plus des données, ces idées de progressisme sont bien révolues. Non, la science évolue par ruptures et révolutions. Tout au long des âges, elle a tenté de résoudre les énigmes qui se posaient à elle : ses résultats sont brillants et même extraordinaires.

En se fabriquant sa propre intelligibilité, la science se fabrique une vision du monde, mais brusquement, cette vision, cet exemple qui se voulait universel, s’efface devant une autre théorie, une autre vision qui lui permet d’avancer à pas de géant.

Cette science intègre de plus en plus de facteurs considérés jusque là comme extrascientifiques et la puissance de l’esprit est de ceux là, nonobstant le physicalisme ambiant. Heureusement pour notre monde, car sans l’esprit, l’homme n’est qu’un animal malade de sa liberté.

Souhaitons qu’il y ait parmi nous quelques génies, non pour inventer une science nouvelle, mais pour comprendre et développer celle que nous connaissons déjà. »

René Laurentin, théologien : « « La modernité exclut ces phénomènes dépassés. Il faut les sanctionner au tribunal du merveilleux, qui est le tribunal de l’illusion », a-t-on dit. Mais ce principe idéologique, commun au rationalisme anti-clérical et théologique, est démenti par la récente explosion de religiosité qui envahit notre monde moderne, où sectes, fanatismes et même satanismes de tous bords prolifèrent. On préconisait une foi sans religion, et nous voilà submergés par une religion sans foi et sans éclairage critique. C’est la réaction confuse et pourtant nécessaire, d’un besoin religieux, essentiellement humain, artificiellement sevré, qui a moins besoin d’être réprimé que d’être éclairé. »(4)

Isabelle Stengers : « L’intérêt, pour moi, c’est cette organisation, la manière dont les scientifiques et les autres peuvent devenir capables d’une attitude pertinente par rapport à un problème qu’ils n’ont pas posé (...) L’intéressant c’est que les scientifiques auront inventé une pratique pertinente par rapport à un problème qu’ils n’avaient pas posé et qu’ils auront renoncé à l’attitude facile qui consiste à nier le problème, de le disqualifier, en renvoyant la chose à l’incertitude des observations individuelles (...) Lorsqu’un « témoin », qui a vécu quelque chose d’incompréhensible, est scandalisé par le fait qu’on lui propose trente six mille explications avec un seul point commun - ce qu’il a vu ne signifie rien - c’est lui qui est lucide, pas les donneurs de leçons qui ricanent. » (5)

Le discernement est un outil indispensable pour progresser dans la compréhension des T.R.E.I.. Qui dit discernement dit écoute, fonction vitale pour la survie d’une société, de nos jours sérieusement affectée et qui, notamment avec l’existence des T.R.E.I., peut retrouver toutes ses lettres de noblesse. C’est bien sur ce point que la plupart des courriers que nous avons reçus mettent l’accent. Parmi eux, nous en avons extraits deux :

A. G., réanimateur et assurant l’accompagnement de personnes en fin de vie : « Derrière ces questions sur les causes et le sens de ces événements, n’y aurait-il pas surtout un grand besoin d’être écouté, d’être reconnu ? Personnellement, j’entends ces récits, en tant qu’ils sont l’expression d’une expérience individuelle bouleversante. En cela déjà ils doivent être reçus et trouvent par la même une consistance. Ne prennent-ils pas, ces NDE, par le récit qui nous en est fait, sens pour celui qui le dit et réalité dans celui qui les incarne ? Comme récits de vie extraordinaire, et non pas de mort, ni surtout d’au-delà de la mort ; mais toujours en deçà, ils nous concernent tous ; et non plus tel ou tel. Car tout ce qui attise notre curiosité, interroge notre intelligence, stimule notre pensée, tout cela est source d’élan vital. Alors ces hommes et ces femmes ont droit à notre écoute.

L’essentiel est d’être à l’écoute ; écouter ceux qui nous parlent car c’est important pour eux, même si nous ne comprenons pas tout. La personne humaine est complexe. On ne peut, on ne doit dirais-je, tout saisir d’elle. On n’est peut-être là que pour aider l’autre à s’y retrouver, à se retrouver lui-même. Il est donc utile d’aider les témoins de NDE à s’exprimer. L’authenticité vient de la relation entre l’écoutant et le témoin, de l’image qu’ils se renvoient l’un l’autre. Dans le cadre des NDE pourquoi ne pas les aider à se rencontrer, à parler de leurs expériences, de leurs différences.

L’important est que le témoin se réalise. La NDE en ce sens est un outil remarquable, mais peu importe l’outil. C’est à l’impact que l’homme réagit. Dans ce débat, on constate à nouveau qu’il est bien difficile d’être à l’écoute des discours de l’autre, dans toute leur étrangeté, sans se laisser distraire. Distraire de la parole de l’autre. Ces expériences sont une belle occasion d’ouverture sur l’homme, sur son corps, terrain fertile où germent les questions du sens de la vie et de la mort, de l’existence ; où les échos de nos sens suscitent de bouleversantes interrogations. L’explication rationnelle a peut-être finalement peu d’importance et risque plutôt de divertir l’attention, de cacher l’essentiel. Les NDE replacent la mort comme événement naturel de la vie, que nous nommons inéluctable, traduction de notre angoisse d’être, elle aussi « naturelle ». Et c’est bien de cela qu’il s’agit, comme dans l’accompagnement des mourants. Une même réponse : l’écoute bienveillante et attentive de la parole de l’autre. »

Père Claude Nicolas, prêtre catholique : " Le plus grave, même si c’est involontaire ou inconscient, c’est le manque d’accueil des personnes qui doivent être écoutées avec amour, sans aucun préjugé. Les NDE notamment sont comme toutes expériences humaines : elles sont non seulement digne d’intérêt mais doivent être étudiées de très près, vu l’impact qu’elles ont sur les personnes. Ne rien récuser « a priori » ; ne rien canoniser non plus et éviter de s’en servir comme d’une arme dans un sens ou dans un autre. Comme de toute expérience psychologique profonde, la liberté du sujet peut s’en servir pour mieux vivre sa relation à Dieu et peut-être dans certains cas, pour durcir certaines positions de refus ou d’autosatisfaction. Il y a un discernement à opérer et un accompagnement des personnes à assurer, sans jeter des anathèmes de principe."

Notes

(1) Revue Science et Vie, n°831, 1986. (2) Marc Oraison : Le tribunal du merveilleux. (3) Vague d’OVNI sur la Belgique, VOL2, SOBEPS, 1994 (4) Préface à l’ « Encyclopédie des Phénomènes extraordinaires dans la vie mystique », Joachim Bouflet, tome 1, F.-X. de Guibert, 1992. (5) Revue ANOMALIES, n°2, p.34, 1997


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 

Scepticisme et non-psi

Parapsychologie

      Introduction
      Articles
      Travaux
      Pour aller plus loin...

Paranormal spontané

      Articles
      Témoignages
      Témoigner

OVNI

      Articles
      Témoignages
      Témoigner
      Pour aller plus loin...

NDE / EMI

      Articles
      Travaux
      Témoignages
      Témoigner

Réflexions autour du paranormal

Bibliographie

Paranormal-info.com


Rechercher sur le site :


      Contact
      Forums

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Service de consultation

En cas de difficultés, ou d'interrogations, concernant des expériences paranormales que vous auriez pu vivre, nous vous conseillons de contacter le Centre d'Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles :

circee

 
Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums




Copyright © paranormal-info.com 2004-2005

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.
Design © Drop Zone City