Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums



 

Ovni et Science-Fiction

par Jean-Philippe DAIN


Joseph ALTAIRAC, spécialiste de la science-fiction, auteur de H.G. Wells, parcours d’une œuvre et de La légende du V7 (1), s’intéresse également au rapports qu’elle entretien avec le phénomène des ovnis. C’est dans un souci de compréhension d’une approche souvent décriée que cette entrevue s’est déroulée. C’est avec l’espoir de contribuer à une meilleure connaissance du phénomène des ovnis qu’elle vous est proposée.

(JPEG)
Joseph Altairac

Joseph ALTAIRAC, êtes-vous d’accord pour dire que ce qui est à la base du phénomène des ovnis, c’est le fait que des individus aient observé des choses qu’ils n’ont pu reconnaître, c’est le sentiment d’être confronté à quelque chose d’inconnu, ne serait ce que de manière contextuelle, c’est à dire à un moment donné ?

J. ALTAIRAC - Oui. Le problème c’est que des explications toutes faites sont posées là-dessus. Par exemple les " Missing Time " qui sont généralement interprétés en termes d’enlèvements par des extraterrestres. De nombreuses personnes ont déjà résolu le problème des ovnis : les extraterrestres sont parmi nous. Là, on est loin d’une approche scientifique. N’importe quelle anomalie qui n’a pas forcément quelque chose à voir avec le phénomène des ovnis y est rattachée d’emblée, comme par exemple les mutilations de bétail. La majorité des interprétations succombe à une interprétation globale, généralement extraterrestre, alors qu’il y a plein de problèmes. Ceci avec des thèmes récurrents comme la manipulation, avec l’idée que si on ne trouve pas d’explication c’est que quelque part on nous empêche de la trouver, avec également une tentation paranoïaque.

C’est l’ensemble de ces interprétations qui constituent la " mythologie des ovnis " ?

J. ALTAIRAC - Tout à fait. On peut faire remonter çà à l’affaire Kenneth ARNOLD (2), plus exactement à l’interprétation qu’en a fait Ray PALMER (3) , à certaines revues de science fiction comme Amazing et Fate ou même plus tôt encore avec Charles FORT (4).

Une chose me dérange un peu avec l’approche sociologique, que ce soit avec vous, Michel MEURGER ou Bertrand MEHEUST (5) : c’est le vocabulaire que vous employez, surtout l’emploi du mot " soucoupiste " qui ne me semble pas vraiment neutre. Qu’en pensez-vous ?

J. ALTAIRAC - C’est un terme familier. Comment faire pour désigner un groupe de gens aussi hétéroclite ? Il est vrai que " ufologue " sonne mieux et que " soucoupiste " fait un peu péjoratif. J’entends par " soucoupiste " la frange un peu folle et délirante de l’ufologie, celle qui s’y intéresse de manière naïve. Il y a aussi des fumistes. Par exemple on dira de Jimmy GUIEU que c’est un soucoupiste. Est-ce qu’on dira que Jacques VALLÉE est un soucoupiste ? C’est plus délicat.

Les représentations de la science-fiction viennent-elles structurer les témoignages ?

J. ALTAIRAC - C’est l’impression qu’on a dans certains domaines comme celui des enlèvements extraterrestres où Michel MEURGER a montré l’importance des thèmes de la science-fiction (films, bandes dessinées, nouvelles). Qu’une observation soit sincère ou non le langage employé est souvent celui de la science-fiction. Bon nombre de passionnés d’ovnis connaissaient également la science fiction. L’influence de la science-fiction est forte, considérable, c’est ce que je constate. Dès les années 20 de nombreuses publications sur l’aéronautique faisaient référence à des engins un peu fous, c’était dans les kiosques partout aux Etats-Unis. L’imaginaire populaire américain baigne dans la science fiction.

Les gens voient des ovnis parce qu’ils baignent dans un univers imprégné de science-fiction ?

J. ALTAIRAC - C’est une question à laquelle on a pas de réponse. C’est surtout pour répondre à ceux qui disent que le phénomène ovni est purement physique. Ce qui est sûr c’est que les témoignages difficilement vérifiables sont très nombreux, même si on peut dire que les observations se rapportent à un phénomène purement physique. Je ne considère pas l’ufologie comme une science, ni même une parascience car son champ d’application est énorme et ses méthodes d’investigations ridicules. La parapsychologie est une parascience, peut-être même une science mais pas l’ufologie, à mon point de vue.

Mais dans l’approche sociologique et culturelle, n’y a t-il pas un glissement permanent entre " ovnis ", " soucoupes volantes " et " extraterrestres " ? Tout comme on le constate avec les médias (Science & Vie, divertissements télévisés) qui prétendent parler d’une chose pour finalement parler d’une autre ?

J. ALTAIRAC --- C’est lié à ce qui s’est passé au début de l’ufologie avec l’idée du vaisseau extraterrestre. Au moment de l’affaire ARNOLD la question de savoir s’il s’agissait de vaisseaux extraterrestres c’est vite posée. A l’époque on considérait comme acceptable l’idée que des vaisseaux spatiaux se déplacent dans l’atmosphère. Dans des revues comme Science & Vie il y a toujours aussi ce glissement avec SETI (6) et les ovnis.

N’est-il pas finalement rassurant de ramener la problématique ovni à la visite d’extraterrestres ? En rationalisant de manière naïve ? Y a t-il une opposition entre le doute et une certitude naïve ?

J. ALTAIRAC - Le fait que ça reste inexpliqué dérange beaucoup et constitue une gêne pour certaines personnes. C’est aussi une question de foi. Par exemple avec les miracles c’est rassurant de les interpréter comme une intervention divine plutôt que se questionner. Si on était entouré d’extraterrestres, ce serait tout de même inquiétant. Ce qui me frappe chez ceux qui sont convaincus de la validité de l’hypothèse extraterrestre c’est que ça ne les inquiètent pas, c’est comme la pluie et le beau temps, ça ne les empêche pas de vivre normalement. Il est difficile d’estimer le degré de conviction des gens. Il est possible qu’ils croient y croire, qu’ils pensent y croire mais que leur personnalité n’ait pas absorbé véritablement cette croyance.

Il y a pourtant des témoignages qui n’ont pas grand chose à voir avec les récits de science- fiction, les stéréotypes ou l’" imaginaire soucoupique ".

J. ALTAIRAC - Si une personne observe un phénomène qui ne ressemble à rien ou qui ne ressemble pas aux témoignages habituels, la difficulté d’en parler sera d’autant plus grande. C’est intéressant. Il y avait à la fin du XIXe siècle des gens qui disaient avoir vu des appareils semblables à ceux imaginés par Jules VERNE. Il est difficile d’accepter que, s’il y ait des extraterrestres, ils puissent se déplacer à bord de ces engins. Ont-ils vu vraiment quelque chose qu’ils ont décrit comme cela faute d’autres moyens ou bien n’ont-ils rien vu ? Je ne peux pas trancher. Il y a en tout cas bien une adéquation avec l’imaginaire de l’époque. Si l’on revient au témoignage de Kenneth ARNOLD, ce qu’il décrit correspond assez bien à la forme, à l’idée qu’on se faisait de l’engin révolutionnaire. Kenneth ARNOLD leur donne la forme des spéculations de l’époque, ce qu’il y a de plus évolué en matière d’aéronautique à cette époque. A mon avis, ces spéculations, Kenneth ARNOLD les connaissait.

Kenneth ARNOLD décrit des formes analogues à celles que l’on peut trouver dans la science-fiction ou qui sont conformes aux spéculations de l’époque. Est-ce que pour autant il n’a pas observé quelque chose qui correspond à la description qu’il en donne ?

J. ALTAIRAC - Alors comment expliquer les témoignages rapportant des bateaux volants avec des hélices ? Les gens voient un phénomène et ce phénomène prend la forme des spéculations de l’époque. Encore une fois ça nous renvoie à Charles FORT : on joue avec nous, des puissances nous manipulent, on nous envoi des visions. Il me semble farfelu de partir sur une telle hypothèse bien que je la trouve intéressante pour la science fiction. Ce genre d’hypothèse ne sert à rien, on ne peut en aucun cas les vérifier. C’est comme prouver l’existence de Dieu. Ce genre de spéculation intellectuelle me plaît beaucoup mais j’ai du mal à voir comment la faire passer dans le monde concret.

L’approche sociologique ne contribue t-elle pas au mythe qu’elle prétend étudier ?

J. ALTAIRAC - Dans tous les cas je pense qu’il est toujours bon de parler des problèmes et de les analyser, quand bien même ça pourrait provoquer des malentendus. Je ne vois pas en quoi ne pas parler de quelque chose aide à l’éclaircir. Je crois que ne rien en dire, c’est la dernière chose à faire.

Oui, mais la manière dont on parle d’une chose est importante, vous reconnaissez la connotation péjorative du mot " soucoupiste ".

J. ALTAIRAC - Je suis désolé, dans le milieu des ufologues il y en a certains qui me semblent bien farfelus, bien déphasés et qui méritent bien le qualificatif de " soucoupistes ". Il y en a qui sont au-delà du raisonnable dans leur attitude sociale et dans leurs idées. Il y a des obsessionnels et des paranoïaques.

J’ai tout de même l’impression qu’il y a quelque chose de pernicieux dans l’utilisation de ces termes qui n’arrange pas les choses.

J. ALTAIRAC - Les éditions Planète avaient réédité le livre d’Aimé MICHEL Mystérieux objets célestes (7) mais quand il a été réédité le titre est devenu A propos des soucoupes volantes (8). Le terme " soucoupe volante " n’était pas si dévalorisant que cela, il l’est devenu. Je suis d’accord qu’ utiliser des termes trop connotés n’aide pas à débrouiller le problème. Mais je ne crois pas que c’est en disant " il faut cesser d’employer des termes péjoratifs " qu’on améliorera le débat, si les gens sérieux prenaient davantage la parole, ce serait différent. Dans l’ufologie le poids des farfelus est considérable.

Si le culturel prévaut dans la description de certains témoignages, comment faire pour savoir ce qui a été observé véritablement ?

J. ALTAIRAC - Je n’ai pas de solution, en tout cas il faut être méfiant. Pour les enlèvements on n’a rien à part les témoignages. C’est quelque chose d’irritant. Il y a quand même des témoignages où il a du se passer quelque chose.

Que penses-tu des ufologues qui collectionnent des figurines en plastique représentant des extraterrestres et des soucoupes volantes ?

J. ALTAIRAC - Beaucoup d’ufologues ont évolués au fil des années alors qu’ils étaient initialement convaincus de la validité de l’hypothèse extraterrestre. Je crois que chez certains d’entre-eux il y a un côté nostalgique ou peut-être une manière de ne pas rejeter leur intérêt pour le phénomène ovni.

Notes

(1) (retour au texte) Joseph ALTAIRAC, H.G. Wells, parcours d’une œuvre, Encrage Edition, Amiens, 1998 - Grand Prix de l’Imaginaire 1998 ; "La légende du V7", Scientifictions, n°2, Encrage Edition, Amiens, 1997. Joseph ALTAIRAC dirige également les Cahiers d’Etudes Lovecraftiennes aux éditions Encrage.

(2) (retour au texte) Kenneth ARNOLD observa le 24 juin 1947 neufs objets insolites alors qu’ils survolait à bord de son avion le mont Rainier (E.U.). En relatant son aventure il compara le mouvement de ces objet à celui de soucoupes ricochant sur l’eau. Déformée par la presse, cette analogie utilisée pour décrire un déplacement s’est appliquée à la forme des objets observés par l’américain qui devinrent des " soucoupes volantes ".

(3) (retour au texte) Ray PALMER rapporta l’observation de Kenneth ARNOLD dans le magazine Fate. Il était également éditeur de revues de science-fiction dans les années 1940.

(4) (retour au texte) Voir Charles FORT, Le livre des damnés, Le Terrain Vague, 1967.

(5) (retour au texte) Bertrand MEHEUST est le premier à avoir traité des rapports entre le phénomène des ovnis et la science-fiction. Voir Bertrand MÉHEUST, science-fiction et soucoupes volantes. Une réalité mythico-physique. Mercure de France, 1978.

(6) (retour au texte) Search for Extraterrestrial Intelligence. Programmes de recherche de signaux extraterrestres.

(7) (retour au texte) Aimé MICHEL, Mystérieux objets célestes, Arthaud, Paris, 1958.

(8) (retour au texte) Aimé MICHEL, A propos des soucoupes volantes, Planète, Paris, 1967.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 

Scepticisme et non-psi

Parapsychologie

      Introduction
      Articles
      Travaux
      Pour aller plus loin...

Paranormal spontané

      Articles
      Témoignages
      Témoigner

OVNI

      Articles
      Témoignages
      Témoigner
      Pour aller plus loin...

NDE / EMI

      Articles
      Travaux
      Témoignages
      Témoigner

Réflexions autour du paranormal

Bibliographie

Paranormal-info.com


Rechercher sur le site :


      Contact
      Forums

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Service de consultation

En cas de difficultés, ou d'interrogations, concernant des expériences paranormales que vous auriez pu vivre, nous vous conseillons de contacter le Centre d'Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles :

circee

 
Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums




Copyright © paranormal-info.com 2004-2005

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.
Design © Drop Zone City