Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums



 

Témoignages à propos de la "connaissance" acquise lors d’une NDE

Quelques questions posées à des témoins


Des témoins ayant vécu une expérience inexpliquée (essentiellement des témoins de NDE) ont partagé leur expérience ainsi que son impact dans le quotidien au sein d’un journal« empreinte » mis à leur seule disposition par l’association ONDES. Extraits du N° 4 à propos de la « connaissance » acquise lors de la NDE et oubliée :

La question posée etait la suivante : comment définir la Connaissance absolue que vous avez reçue lors de votre expérience ?

Nadine

“Pour répondre à la question sur la connaissance, je dirais que de l’autre côté “on sait”, tout simplement. Les questions, les réponses, la vision des choses, tout est “transparent et évident”. Rien n’est compliqué comme sur terre, tout est accessible et facile. En fait, il n’y a pas de définition capable d’en embrasser la plénitude.”

Chantal

“La Connaissance ... Difficile à définir...Pendant l’expérience, tout était simple et clair. Puis, tout s’est brouillé. Et depuis, comme certains témoins, il y a des moments bénis où je retrouve des bribes de cette connaissance.”

Rolande

“Définir la Connaissance Absolue n’est pas facile. Faisant un tout avec l’Univers, j’avais la nette sensation d’obtenir, enfin, les réponses à toutes les questions que je me posais alors et englobant de vastes domaines, dont les essentiels : Qui suis-je ? D’où je viens et où je vais ? De pouvoir m’exprimer dans toutes les langues, de pouvoir communiquer sans paroles. De toute façon, il n’y avait plus de langues. Si j’avais dû passer des examens scolaires dans cet état là, c’était la réussite à 100 % dans tous les domaines : littéraires, scientifiques, mathématiques, ... Voici, ce que j’écrivais déjà à ce propos en 1988 : "Il est exact que la NDE pourrait être interprétée comme une possibilité, par changement de niveau de conscience, de connaissance du système interactif plus vaste ou de la relation entre la partie et le tout” suivant je ne sais plus quel auteur.

En tout cas, c’est ce que j’ai ressenti lors de mes deux expériences, cette fusion avec le tout et la sensation évidente d’avoir accès à la Connaissance Suprême. Il n’y avait plus d’interrogations. Tout baignait dans une clarté éblouissante et une évidente simplicité. J’avoue avoir été très déçue lors du "Retour" de ne pas pouvoir m’exprimer en anglais par exemple. Et qu’il me faudrait, si je le désirais, suivre des cours comme tout un chacun.

Belle leçon d’humilité. Les bribes de connaissance dont nous sommes les porteurs ne sont que grains de sable au regard de la Connaissance Absolue. Et il m’arrive parfois de souhaiter "mourir idiote", ayant tout oublié de mes connaissances terrestres pour me livrer à l’incandescence de l’Amour. Des étincelles de cette CONNAISSANCE ABSOLUE émergeraient-elles dans certains poèmes ? Je n’oserais 1’affirmer, mais je lance le débat.

Dans son livre "La mémoire des cellules" SAPTREM dit ceci à propos de la poésie : " La poésie est aussi une “traduction” de cet état évasif, autre état que notre état voudrait bien saisir, sans savoir par quel bout le prendre”.

C’est exactement ce que je ressens en écrivant.

Je partage aussi la définition d’André “j’ai oublié, mais je sais que j’ai su”.”

Michel

“Pour moi il n’y a pas eu de connaissance absolue, mise à part mon expérience enfantine déjà relatée. Il y a ma connaissance propre que je dois entretenir, un peu comme la mémoire, car elle peut s’estomper. Je peux la perdre. Cette connaissance doit toujours être. Elle doit être comme une soif. Elle altère et en demande encore.

Je le ressens beaucoup plus depuis mon EFM, où suite à mes interrogations de plus en plus insidieuses, je suis poussé à rechercher, à lire, à penser, à réfléchir ... et à l’écrire, pour le relire et l’approfondir. J’en suis venu à constater que je ne pouvais dissocier, connaissance et conscience. Que c’était toujours en expansion, en devenir. Que c’est le bon chemin où je suis entraîné. Pour l’instant, je n’ai que des bribes de connaissances, qui suffisent à exciter ma conscience -et je ressens la nécessité, je suis poussé- j’ai un véritable besoin d’apprendre, toujours et toujours, pour avoir plus de connaissance. Il faut exciter ses neurones, ce ne sera jamais que dans des proportions infinitésimales. Alors se produisent des déclics.

Je me suis souvent étonné lorsque je lis, d’être soudain interpellé, et de faire un parallèle, ou un développement à une pensée d’un autre ouvrage, sur lequel je ne m’étais que peu arrêté ou que j’avais lu machinalement précédemment. Et cela me fait le rechercher pour le relire et mieux l’assimiler. Mais parfois, il n’y a pas de point commun, et pourtant c’est moi qui fait la jonction avec la substance des deux ouvrages, et alors je vais ... loin. Je délire comme je dis, jusqu’à ce que le lendemain je change de sujet et de réflexion.

Nous sommes tous, enfin je le crois, amenés à relire certains textes ou ouvrages que nous avons déjà lus ou relus il y a plus ou moins longtemps, et en les relisant encore, ils nous font l’impression de redécouvrir à chaque fois quelque chose de nouveau, ou qui ne nous avait pas frappé alors. Un vieux dicton en latin dit : “lege, lege ...” : lire, lire et relire encore, il en restera toujours quelque chose. Et puis ... je l’avoue, c’est le souvenir de mon expérience enfantine à 10 ans, survenue alors que je lisais, qui me tance aujourd’hui et me pousse lorsque je lis et "pense" intensément, à être ou vouloir être projeté dans un autre monde, hors du temps et de l’espace.

J’ai au fond de moi comme une certitude que j’y parviendrai à nouveau. Mais peut-être n’est-ce que le désir exacerbé, ou plus simplement de savoir maintenant que lors de mon "grand départ" ... effectif et irrémédiable celui-là, je retournerai dans le grand bain initial, dans notre matrice divine ... Et donc à la connaissance totale dans l’UN ...

Nadia

“Le temps passe et l’intégration progressive de certains aspects essentiels permet à chacun de nous de retrouver une mémoire plus globale et de découvrir peut-être un autre mode de “le parler” ... Autant que cela soit possible ... “Devenir” ce que je sais ... Vaste programme n’est-ce-pas ? Jour après jour ...” Isabelle “J’aime beaucoup la définition de la Connaissance que nous donne André (21) : "J’ai oublié, mais je sais que j’ai SU”.

Pour moi, je dirais qu’il s’agit d’un instant d’absolu suspendu dans le temps. Tout existe, tout est possible. On devient conscience infinie de tout ce qui a été, est ou sera jamais. C’est fulgurant et vertigineux. C’est l’oeuf de Colomb dans toute sa simplicité et 1’architecture cosmique dans toute sa complexité. "L’Univers dans un grain de sable”. On revient à soi dans un "bon sang mais c’est bien sûr" et tout s’efface ne laissant qu’Amour et Lumière. C’est aussi sublime que fort et fragile, un fil brillant dans la mémoire semblable à la trace d’une EFM.

Au "royaume" de l’EFM, le paradoxe règne en maître ... mourir pour apprendre à vivre ! A ce propos, il y a chez moi un "truc" qui m’étonne et m’enchante toujours : depuis mon traumatisme crânien, à chaque jour qui passe, je perds un peu plus ma vie. Ma mémoire s’échappe en amnésie. Elle fonctionne en accès aléatoire quand ce n’est pas en passage interdit. La beauté de l’objet c’est que rien de ce qui concerne mes EFM ne s’efface. A mesure que j’apprends ou ré-apprends tout s’organise, trouve sa place. C’est ma bibliothèque de lumière, mon trésor sans fond, un papillon sur l’épaule ... Bref, c’est absolument incroyable sur le terre-à-terre de l’amnésie mais simplement beau sur les ailes de la NDE.”

Anne-Marie

“Je définis cette expérience comme une RÉVÉLATION et comme une sorte d’INITIATION ... Ce qui m’a surprise et enchantée, c’est cette survie dans une autre dimension, tout en conservant ma personnalité, mon caractère ... je me sens toujours la même dans cet “ailleurs” !... j’ai juste changé d’endroit !. et là où je me trouve, je me sens plus légère, ainsi libérée du corps. L’esprit prend ainsi toute sa force, son authenticité ... “JE SUIS” !...

C’est quelque chose de très fort de se retrouver dans un site super lumineux que je traverse ensuite pour contempler un panorama grandiose, illuminé d’arcs en ciel. Je ressens une grande pureté dans cet environnement, la grandeur, une intelligence indescriptible et surtout beaucoup d’amour qui m’enveloppe !... Ce qui m’est resté immédiatement après mon retour, c’est cette faculté que j’ai eue, - un court moment -, de comprendre, à une vitesse inimaginable ... et d’avoir la réponse à ma question instantanément, presque en même temps que je pose la question !!! Quand j’y pense à nouveau, je me souviens que cela m’a beaucoup impressionnée, étonnée, et ravie, car c’était quelque chose d’extraordinaire ! J’ai eu des précisions concernant la formation de l’Univers, mais cela a disparu très vite de ma mémoire lorsque je suis “revenue”, comme un rêve que l’on a du mal à se rappeler et qui s’éloigne à toute allure.

C’est juste ce “passage” que j’ai oublié ! tout le reste est encore intact dans ma mémoire dans le moindre détail depuis 21 ans !...

Les années passant, je me souviens très bien des mêmes choses, sans aucune difficulté ni aucun effort, c’est très présent en moi, comme “imprimé” et je suis persuadée qu’ ’il en sera toujours ainsi ...”

Francis

“La Connaissance absolue que j’ai reçue lors de mon expérience de EFM en 1966 peut se définir ainsi : - possibilité de plusieurs vies dans le cadre de plusieurs “univers” ou “mondes” se chevauchant ou s’interpénétrant même à l’échelle d’un individu, ou par rapport à lui, un individu pourtant “ordinaire ou “normal” jusque là ! Mais en même temps, conscience que ces vies sont très inégales, ne se valent pas à l’image des mondes ou des univers dont elles émanent, mondes et vies parallèles peut-être mais chacun gardant son “empreinte” propre, malgré les interférences ou les points de jonction entre eux,
-  regret vif ou nostalgie poignante pour avoir perdu très vite ce que j’entrevit ou même possédais si brièvement, mais avec quelle intensité, je dirai même fulgurante, ceci juste après le retour immédiatement après ! Mais, par contre, pas de regrets durables, encore moins de nostalgie obsessionnelle (comme cela me semble être le cas pour d’autres “témoins”), quasi certitude que je retrouverai plus tard cet état “bienheureux” mais je ne suis pas pressé. Au contraire, je dos vivre d’abord en ce monde, ma vie terrestre “normale” qui me donnera droit au reste plus tard, je peux attendre patiemment et ce n’est pas trop difficile”.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 

Scepticisme et non-psi

Parapsychologie

      Introduction
      Articles
      Travaux
      Pour aller plus loin...

Paranormal spontané

      Articles
      Témoignages
      Témoigner

OVNI

      Articles
      Témoignages
      Témoigner
      Pour aller plus loin...

NDE / EMI

      Articles
      Travaux
      Témoignages
      Témoigner

Réflexions autour du paranormal

Bibliographie

Paranormal-info.com


Rechercher sur le site :


      Contact
      Forums

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Service de consultation

En cas de difficultés, ou d'interrogations, concernant des expériences paranormales que vous auriez pu vivre, nous vous conseillons de contacter le Centre d'Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles :

circee

 
Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums




Copyright © paranormal-info.com 2004-2005

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.
Design © Drop Zone City