Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums



 

Vivre une NDE dans l’enfance

Le témoignage de Claudine


En janvier 1971, j’allais avoir 14 ans. Adhérant à la MJC, j’ai parcouru six kilomètres à pieds avec trois camarades, pour assister à une réunion. Ce parcours s’est effectué la tête mouillée après une douche prise dans l’orphelinat où je me trouvais alors, ne disposant pas de sèche-cheveux. J’arrivais donc au presbytère du village où se déroulait la réunion, avec des glaçons sur la tête !

Le mois suivant, un matin pendant un cours de mathématiques, je ressentis une vive douleur au coude gauche. Je demandais à une camarade ce que j’avais à cet endroit. Elle me répondit : "Une rougeur". Je passais toute la journée avec cette douleur, pensant qu’il s’agissait d’un simple hématome. Le soir, ne me sentant pas bien du tout, et ayant de plus en plus de mal, j’allais voir la sœur infirmière qui dit avec indifférence : "Tu as eu pire que ça et tu ne t’es jamais plainte, allez, au lit !"

Je me suis endormie, mais pour me réveiller une heure après, grelottante, serrant mon bras gauche enflé, devenu rouge et très douloureux contre ma poitrine. Cela a duré jursu’au matin, et je n’ai pas osé réveiller qui que ce soit, par crainte d’une brimade. Quand la sœur chargée du réveil arriva, me trouvant en proie à la fièvre, elle s’est alors précipitée vers l’infrmière qui m’a fait lever et emménager dans une chambre à part, avant d’appeler un docteur. Celui-ci est arrivé peu de temps après et, tout en m’examinant, a reproché vertement à la sœur infirmière que de m’avoir fait marcher était une grave erreur qui aurait pu m’être fatale. J’étais atteinte d’un rhumatisme articulaire aigu et jugée intransportable. Le thermomètre indiquait joyeusement 42° de température ! J’allais rester allongée dans la pénombre, parfaitement immobile et suivre un régime sévère pendant des semaines, sans voir personne d’autre que le docteur et l’infirmière.

Le docteur passait me voir plusieurs fois par jour, m’administrant des piqûres d’extencilline qui me faisaient l’effet de brûler les veines. Un soir de février, alors que je regardais le bleu du ciel que j’apercevais par l’interstice d’une persienne, je me suis sentie envahie par une immense fatigue accompagnée de la sensation d’une chaleur se retirant depuis la plante des pieds jusqu’à la tête. J’eus alors la vive impression de sortir de mon corps par la fontanelle. J’étais bien dans cet état d’abandon total et pas surprise du tout de me trouver soudainement planant dans ce bleu que j’avais contemplé quelques minutes auparavant. J’étais émerveillée en observant le globe terrestre dont j’appréciais, ô combien ! la beauté, sans me rendre compte que je m’éloignais de lui, tant cela était doux. Je me sentais légère, si légère !

Tout à coup, je me suis trouvée en face de deux Entités lumineuses que je reconnues instantanément pour être la Ste Vierge et le Christ. Il en émanait une telle force, une telle tendresse, que je ne pouvais qu’être rassurée par cette "rencontre". Mais aussitôt après cela, je me suis sentie happée dans une espèce de grand trou noir, à une vitesse vertigineuse. Je - m’envolais - littéralement, les bras en avant. Je vis d’abord dans tout ce noir, des points rouges clignoter et j’en étais très effrayée, refusant de toutes mes forces de m’y arrêter. Mes forces s’amplifiaient au fur et à mesure de ce refus, comme poussée par Celle qui avait jailli des Entités perçues avant ce tunnel, ce trou ou ce couloir noir.

C’est à ce moment là que j’ai véritablement pris conscience de mon bras qui était intact et indolore et de mon corps devenu plus grand et lumineux lui aussi, au point de le toucher. J’étais bien éveillée mais ... ailleurs ! Alors, ce fut la panique totale ! J’ai su que j’étais en train de me diriger vers une autre Dimension. J’ai su que ces points rouges signifiaient d’autres mondes déjà visités où je n’avais plus à revenir. J’ai su avoir été à plusieurs reprises une femme, un homme, encore et encore, pauvre et riche, bonne et moins bonne et j’en appelais de toutes mes forces à ce point blanc éclatant, qui venait de poindre tout au bout du trou noir.

Le point s’agrandissait au fur et à mesure que j’en approchais, toujours soutenue par cette Force citée plus avant. J’étais de plus en plus confiante en Elle, m’emplissant maintenant d’une ardeur jamais connue auparavant. Puis, je me suis véritablement confondue dans la Lumière, dans un immense "Je suis" baignant dans une sérénité ineffable. Plus rien d’autre n’existait que La Lumière, l’Amour, la Sérénité et moi ! C’était grandiose, divinement rassurant, accueillant comme le cœur d’une mère. Il n’y avait plus lieu d’avoir peur, je n’éprouvais aucun sentiment de culpabilité, aucune souffrance, aucune forme de jugement, juste un regard sur ce qui EST : l’Amour et je faisais partie intégrante de Lui !

A ce stade de perception, j’ai découvert pouvoir me déplacer à la vitesse de la pensée et prendre toutes les formes imaginables. Je devenais la sensation des formes que je prenais : l’intensité de l’éclair, la fraîcheur de la goutte d’eau, l’ardeur d’un rayon de soleil, le souffle du vent etc... Cela, dans la Joie à l’état pur. J’ai su alors, en une fraction de seconde, que tout ce qui était dépositaire de Vie dans l’Univers était indéniablement complémentaire, contribuant à une superbe Harmonie dont nous étions tous responsables, du plus petit eu plus grand. J’ai compris dans l’instant, le sens profond de "Un dans le Tout et Tout en Un" !

J’en étais là, quand je perçus une autre présence débordante d’amour à mon égard, venant à ma rencontre, émanant de cette Lumière derrière laquelle je discernais un Monde intense. Cette présence était très maternelle, cette fois, m’indiquant par le regard : "Pas encore..."

Je n’ai pas ressenti de tristesse, mais au contraire, une jouissance sans pareille, au moment où cette présence me disait si merveilleusement "au revoir", dans la sensation d’une fusion totale de nos êtres. Je sus également que je ne serai plus jamais seule, cette certitude m’accompagne depuis.

Après cet au revoir, suivi d’un bref retour, sans éprouver aucune sensation désagréable de réintégration corporelle, j’ouvris les yeux sur le docteur et l’infirmière qui s’affairaient prestement autour de mon lit, les sœurs se tenant un peu en retrait, les yeux rougis. La directrice me dit : "Tes camarades sont à la chapelle où ils prient pour toi..." J’ai répondu : "J’ai fait un rêve génial !" Personne n’a démenti cela, mais personne non plus n’eut l’idée de s’intéresser à ce "rêve" que j’ai cru tel, pendant les années qui suivirent.

Ce qui me sembla curieux, c’est que de ce jour, je n’eux plus jamais en ma possession mon carnet médical. Une seule fois pourtant, voyant ce dernier sur le bureau de la sœur directrice, j’eus l’idée pendant qu’elle s’était retournée, de l’ouvrir promptement et pus lire la phrase suivante : "Rhumatisme articulaire aigu (bras gauche) suivi d’un coma IV dépassé", mais je ne savais pas ce que cela signifiait.

Rapidement convalescente, le docteur ne s’expliquait pas comment j’étais là, sans accuser de séquelles cardiaques ou neurologiques après ce coma important dont on m’avait tu la nature. Je revenais à mon tempérament, sans me douter de l’apport de cette expérience qui allait germer en secret.

Quelque chose de fort, d’inexplicable, allait me bouleverser, m’obliger à me remettre en question sans en comprendre le "pourquoi", me maintenant la tête levée vers le Ciel tout entier malgré moi, même quand j’osais douter de Lui. Je m’aperçus pouvoir deviner certains événements, éradiquer certaines fois la souffrance physique sur moi-même et d’autres personnes, par une chaleur surgissant au creux de mes mains. Jusque-là, j’étais une élève dont les professeurs disaient de concert "Peut mieux faire". On se rendit compte alors de l’éclosion d’une clairvoyance qui surprenait parfois vivement mon entourage. Cependant, cela n’a aucunement engendré le génie des mathématiques ou autre matière, mais seulement provoqué un discernement plus grand des êtres et des choses.

J’étais trop jeune pour avoir conscience à ce moment-là, du dépouillement d’aspirations personnelles qui allait s’effectuer au fil du temps. Il me semblait pourtant qu’une ouverture intérieure demandait à être explorée. Autrement dit, on ne revient pas de ce genre d’expérience avec la science infuse, encore moins dotée de pouvoirs mystérieux. Les dons en question sont l’apanage de tous les hommes. Simplement, à mon sens, le fait d’avoir vécu une prise de conscience aussi intense, a pour but de développer davantage ces dons. En toute sincérité, je reconnais trente ans après, qu’il faut des années avant de réaliser le "PLUS" de cette expérience.

Le développement d’une conscience de plus en plus aiguisée, selon le degré d’évolution personnelle des individus ayant vécu une NDE, résultera de leur choix ou non, de continuer le travail d’approfondissement réclamé par cette ouverture et cette perception amplifiée de l’être. Cela n’a rien de simple en soi, c’est même laborieux, voire douloureux, car il s’agit d’appliquer l’essence de cette nouvelle conscience qui se heurte évidemment aux dogmes et aux préjugés humains.

Comment faire comprendre que le substrat originel de tout être est l’Amour, à ceux qui n’ont pas vécu cela ? C’est une approche difficile que de le confier à son entourage. Les uns vous penseront devenu fou, les autres attendront que vous leur fassiez toucher du doigt la véracité du Ciel ou de l’Au-delà, alors qu’il s’agit principalement d’accepter et de respecter fondamentalement tout être qui chemine à nos côtés sur cette terre. Cela ne signifie pas souscrire à toutes les attitudes qui sont susceptibles de nous faire trébucher, mais de différencier l’être, d’avoir ses actes, afin de préserver précisément la richesse intrinsèque de sa nature originelle. Cela commence par un détachement progressif des émotions et des biens matériels, auxquels on accordera de moins en moins d’importance.

Loin de moi l’idée d’être investie d’une mission spéciale auprès des humains. Certes, après une NDE en acceptant d’assumer cette expérience, on comprend que le stade de l’altruisme qui donne seulement bonne conscience est dépassé, car on accède à celui qui bouscule les consciences, voire ses propres a priori, en confrontant ses acquis spirituels à ceux d’autrui pour avancer dans son devenir Humain. Il ne faut surtout pas imaginer que l’on soit délesté de ses parti pris parce que l’on a eu le privilège de vivre un état de conscience extraordinaire. Il n’en reste pas moins indéniable qu’on est bel et bien revenu en chair et en os, avec toutes les limites de la Culture dans laquelle on a été élevé.

Si la foi jaillit ou s’agrandit de telles expériences, il ne faut pas davantage croire que l’on soit parvenu à un quelconque état de supériorité ou de sainteté pour autant ! Des gens n’ayant jamais connu de phénomènes de décorporation sont tout aussi capables d’accéder à des états d’exaltation provoqués par une quête spirituelle approfondie, que n’importe quelle personne ayant eu droit à une NDE.

Il est important d’ajouter que depuis mon "escapade dans la Lumière" j’ai appris à vivre avec "Elle" au qotidien, au fil des ans.

J’y puise l’énergie nécessaire pour supporter les adversités qui m’incombent et m’accomplir dans la transcendance qui s’impose par l’ouverture du cœur, en redécouvrant le caractère sacré de chaque instant de la Vie par l’Amour infini, qu’en mon âme et conscience j’évoque par YHWH


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
 

Scepticisme et non-psi

Parapsychologie

      Introduction
      Articles
      Travaux
      Pour aller plus loin...

Paranormal spontané

      Articles
      Témoignages
      Témoigner

OVNI

      Articles
      Témoignages
      Témoigner
      Pour aller plus loin...

NDE / EMI

      Articles
      Travaux
      Témoignages
      Témoigner

Réflexions autour du paranormal

Bibliographie

Paranormal-info.com


Rechercher sur le site :


      Contact
      Forums

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Service de consultation

En cas de difficultés, ou d'interrogations, concernant des expériences paranormales que vous auriez pu vivre, nous vous conseillons de contacter le Centre d'Information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles :

circee

 
Accueil Brèves Plan du site Contact Wiki Forums




Copyright © paranormal-info.com 2004-2005

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.
Design © Drop Zone City